Par Charles Courtalon.

La réforme de l’ISF est un sujet qui a fait couler beaucoup d’encre depuis la rentrée de septembre. En effet, Emmanuel Macron fait il un cadeau aux plus riches ? Aurait-il dû tout simplement supprimer l’ISF à la place de transformer cet impôt en impôt sur le revenu immobilier (IRI) ? Allons-nous nous taxer nos yachts, jets et autres Ferrari ?

Afin d’éclaircir cela voyons tout d’abord ce qui est prévu dans le projet et ce que cela va changer.

Qui va continuer à payer l’ISF ?

Tous les foyers fiscaux dont le patrimoine immobilier (maisons, appartements, terrains, etc) dépasse 1,3 millions d’euros au premier janvier de l’année. La décote de 30% actuellement appliquée pour la résidence principale devrait être maintenue.

Qu’est-ce qui sort de cet assujettissement ?

Jusqu’ici, le périmètre de l’ISF allait bien au-delà du patrimoine immobilier. On comptait notamment les propriétés (maisons, appartements, terrains, etc.), les placements financiers, les liquidités (espèces, comptes courants, etc.), les meubles, les véhicules, les chevaux de course, les bijoux…

Emmanuel Macron défend ce choix en disant qu’il souhaite favoriser les investissements dans l’économie réelle à la rente immobilière.

Quel coût pour l’état ?

En modifiant cet impôt, l’Etat y perd. En effet, au lieu de rapporter comme l’a affirmé Bruno Le Maire 4,1 milliards d’euro à l’état, cet impôt ne va rapporter plus que 850 millions d’euros, soit une baisse de 3,2 milliards. Sur les 300 000 redevables de cet impôt il n’en restera plus que 150 000.

Va-t-on taxer les biens de luxe ?

Malgré le fait que l’aile socialiste de La République en Marche (LREM) et le Modem aient déposé des amendements à l’assemblée nationale pour taxer les biens de luxe (Yachts, jets, voitures de sport, lingots d’or…), l’exécutif maintient sa position en affirmant vouloir stimuler l’activité en encourageant les contribuables les plus aisés à rester en France ou à y revenir pour y investir dans l’économie réelle.

En conclusion Emmanuel Macron va donc transformer l’ISF en impôt sur le revenu immobilier. Ce qui devrait faire rester (ou revenir) quelques grandes fortunes françaises. Sa réforme est ainsi bel et bien un cadeau aux ultra riches. Ça tombe bien, ça faisait très longtemps que l’Etat ne leur en avait pas fait. Pour autant, le regard qu’ont les français sur les personnes qui réussissent et deviennent riches ne devrait pas changer dés demain.

Seul bémol à cette réforme : Pourquoi ne pas avoir tout simplement supprimé l’ISF ? Sa recette ayant été divisée par plus de 4 et le nombre d’assujettis par deux, il aurait fallu aller jusqu’au bout des choses. Certes un cadeau est fait aux ultra riches, mais les personnes riches faisant partie de la classe moyenne ne sont pas épargnées. En effet ces foyers moyens plus, possédant généralement de l’immobilier, car ils ont épargné toute leur vie restent quant à eux les principaux assujettis. Et là, on ne parle pas d’injustice sociale ?

 

Sources :

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/08/30/que-change-la-reforme-de-l-isf-d-emmanuel-macron_5178657_4355770.html

https://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/030727830262-reforme-de-lisf-le-modem-propose-une-alternative-a-limpot-sur-la-fortune-immobiliere-2122599.php

http://www.lemonde.fr/politique/article/2017/09/30/reforme-de-l-isf-la-question-des-biens-de-luxe-seme-le-trouble-dans-la-majorite_5193933_823448.html

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *