// Par Mathieu Fonck-Kaiser //

Alors que l’actualité mondiale est focalisée sur la Catalogne, Donald Trump, le Brexit et la Corée du Nord, les crypto monnaies font de plus en plus parler d’elles et en premier lieu le Bitcoin, instauré en 2009 par un inconnu. Ce dernier est sujet à spéculations et à interrogations ; il est la monnaie digitale la plus demandée.

Mais pourquoi parle t-on de monnaie digitale ?

Le bitcoin n’est pas une monnaie comme l’euro, jamais vous n’aurez un bitcoin dans vos mains, ce n’est donc pas une monnaie fiduciaire, mais bien monnaie scripturale. Cependant, il reste bien différent d’une devise mondiale, puisqu’il ne dépend pas d’un réseau comme la banque centrale ; on parle d’un réseau informatique décentralisé. Ainsi, à chaque fois qu’un utilisateur se sert du bitcoin il est simultanément serveur et client, c’est le système de pair à pair (P2P).

En plus de cela, l’ensemble des transactions effectuées par les utilisateurs sont référencées et enregistrées au sein d’un registre informatique : le blockchain. Il permet de créer des blocs de transactions chiffrés qui s’accumulent les uns aux autres. D’où l’appellation crypto monnaie puisque le système est totalement opaque garantissant à ses utilisateurs une fiabilité et sécurité infaillible et l’anonymat.

Mais peut-on réellement parler de monnaie ?

En effet, c’est Aristote qui définit le rôle de la monnaie en 3 fonctions. La monnaie comme réserve de valeur ; le Bitcoin répond a ce critère puisqu’il possède un cours officiel qui est aujourd’hui aux alentours de 5 712 dollars le bitcoin.. C’est aussi un intermédiaire des échanges puisqu’il est de plus en plus possible de payer en bitcoin, certaines start-ups vont même jusqu’à lever des fonds en bitcoin (Initial Coin Offering) comme Tezos. Enfin, la question d’unité de compte reste problématique puisque aucun produit n’est labellisé en bitcoin. Ainsi, le bitcoin répond majoritairement aux critères exigés de la monnaie. Même si ses opposants sont nombreux, ils sont des pays ; la Chine ; des banques centrales et des institutions bancaires comme J.P Morgan. Le bitcoin semble avoir de belles années à venir.

Mais cet engouement pour le Bitcoin ne reflète t-il pas la tendance de la société ?

Peut-être que cette euphorie n’est que la continuité d’une société fondée sur l’individualisme et le recul des valeurs traditionnelles. Peut-être aussi que la crise de 2008 a largement contribué a cette euphorie provoquant une défiance accrue du système bancaire. Ainsi, selon cette analyse, il se pourrait bien que les crypto monnaies gagnent du terrain et obligent les Etats et Banques Centrales à considérer les crypto monnaies pour de bon.

 

Sources : 

http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/10/11/le-bitcoin-en-cinq-questions_5199462_4408996.html

http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2017/10/13/32001-20171013ARTFIG00035-nouveau-record-pour-le-bitcoin-les-previsions-optimistes.php

http://ewn.co.za/2017/10/10/bitcoin-is-making-banks-nervous-here-s-why

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *