// Par Louis Peter //

Un Hedge funds est un fonds d’investissement qui applique ce qu’on appelle la gestion alternative. Cela signifie que leur but va être de constamment avoir un meilleur rendement que le marché, même s’ils doivent aller contre ce dernier. Pour ce faire, le Hedge funds va investir sur tous les marchés comme les obligations, les devises, les actions, les matières premières… en utilisant les produits dérivés. Pour intégrer ces fonds et pouvoir espérer réaliser des bénéfices, le ticket d’entrée est généralement situé entre 100.000 et 1 million d’euros. Les principaux clients sont donc les personnes fortunées, les fonds de pension et les banques. Les traders professionnels qui composent ces Hedge Funds vont prendre beaucoup de risques, ce qui accroît considérablement les espérances de profits mais également les possibilités de pertes. Le client qui intègre un Hedge Funds doit en moyenne payer entre 1 et 3% de la somme qu’il y investit en frais de gestion et il doit payer 20% des profits faits avec son argent, quand il y en a.

Pourquoi sont-ils si dangereux ?

Les Hedge funds ont pour but de gagner un maximum d’argent, que le marché soit haussier ou baissier. Pour cela, ils utilisent principalement deux stratégies, augmentant chacune le risque de perte ou de gain.

Le premier facteur de risque est l’investissement sur des produits dérivés. Les produits dérivés sont des contrats qui peuvent être de différentes natures (swaps, OTC, warrants,…). Ces contrats sont signés entre un acheteur et un vendeur sur un produit (appelé sous-jacent). Ce contrat stipule que le vendeur vendra à l’acheteur sa production à un prix fixé, à une date fixée.

Prenons un exemple. Imaginons qu’un vendeur de maïs passe un contrat avec un acheteur indiquant qu’il lui vendra sa production à 5€ le kilo lorsqu’elle sera produite et la date fixée est 6 mois. 6 mois plus tard, le producteur vendra sa production à l’acheteur, comme prévu. Cependant, si le prix au kilo est supérieur à 5€, le producteur devra vendre son maïs moins cher que le prix du marché. En revanche, si le prix au kilo est inférieur à 5€, l’acheteur sera obligé de respecter le contrat et d’acheter le maïs plus cher que le cours du marché. Ainsi, ces contrats deviennent des produits financiers, échangeables sur les marchés financiers. Initialement prévu pour être des assurances, les produits dérivés sont devenus des produits hautement spéculatifs, augmentant largement l’impact de la crise. À noter que les produits dérivés ont des variations, à la hausse ou à la baisse, beaucoup plus importantes que les sous-jacents sur lesquels ils sont ancrés.

Le second facteur de dangerosité est l’effet de levier. L’effet de levier est un moyen simple d’augmenter son capital investi en bourse sans augmenter le capital que l’on y investit personnellement. Prenons encore une fois un exemple. Imaginons que je veuille acheter des actions pour un montant de 1.000€. Je peux soit acheter pour 1.000 actions à 1€ l’unité et, en admettant que la valeur de l’action augmente de 0,2€, je réaliserai un bénéfice de 200€ car 1.000 * 1,2€ = 1.200€. La deuxième possibilité est d’avoir recours à un effet de levier de 10 par exemple. Cela signifie que mon investissement personnel sera de 1.000€ pour un investissement total de 10.000€ sur le marché. Cela signifie que je pourrai acheter pour 10.000€ d’actions en ayant réellement investi seulement 1.000€. Si l’action augmente de 0,2€, le bénéfice réalisé sera de 2.000€ car 10.000 * 1,2€ = 12.000€. Ainsi, on peut observer qu’avec la même somme personnelle investie, on peut largement augmenter ses dettes en fonction du levier choisi. Cependant, supposons maintenant que l’action coûtant initialement 1€ chute brutalement à 0,5€. Dans le cas où je n’ai pas pris de levier, ma perte s’élève à 1.000€ * 0,5€ = 500€. Dans le cas où j’ai pris un levier de 10, ma perte s’élève à 10.000€ * 0,5€ = 5000€. Les leviers, qui permettent donc de parier avec de l’argent qui n’est pas en notre possession, sont donc des outils permettant de démultiplier les gains mais aussi les pertes.

Pour mieux comprendre le fonctionnement des Hedge Funds, je vous invite à lire les trois BD du même nom de Philippe Sabbat et Tristan Roulot. Cette série de BD raconte l’ascension et la chute d’un courtier dans un Hedge Funds.

 

Bibliographie

https://www.andlil.com/definition-de-hedge-fund-130639.html . Article « Qu’est-ce qu’un Hedge Fund », Andill.com.

https://www.youtube.com/watch?v=zxK22V3cj0M&app=desktop. Vidéo Youtube, « Qu’est-ce qu’un produit dérivé ? »

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Gestion_alternative. Article Wikipedia expliquant la gestion alternative.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *