// Par Maxime Guennec //

Uber en difficulté à Londres :

Le tribunal de Londres a statué en appel ce vendredi contre Uber en faveur de 2 de ses conducteurs soutenus par le syndicat des travailleurs indépendants de Grande-Bretagne. L’entreprise doit donc considérer ces chauffeurs, qui étaient jusqu’à ce jour rémunérés à la course effectuée, comme des salariés et ainsi les rémunérer au salaire minimum et leur offrir des congés payés. Uber a d’ores et déjà annoncé sa volonté de déposer un recours pour protester, considérant ces chauffeurs comme des travailleurs indépendants, touchant en moyenne à Londres 15 livres par heure selon la firme. Il s’agit selon Rachel Mathieson, l’avocate des deux plaignants « d’une décision historique dans un contexte du marché du travail en évolution ».

Uber, qui compte tout de même 40000 chauffeurs à Londres est également menacé par l’Autorité des transports londoniens (TFL) qui pourrait ne pas renouveler la License du VTC dû au manque de contrôle des casiers judiciaires et des certificats médicaux des conducteurs.

Une entreprise contestée mais incontournable :

L’entreprise qui permet de mettre en contact les utilisateurs de son application avec des conducteurs déchaine les passions depuis 2009. Promoteur de l’économie du partage, indispensable et présente dans plus de cinquante pays, UBER a pourtant fait l’objet de plus de 170 procès rien qu’aux USA. Elle est couramment accusée d’être un concurrent déloyal : l’une de ces extensions « Uber Pop », autorisant les particuliers à travailler pour le VTC est interdite dans de nombreux pays. L’entreprise doit également faire face à une série de scandales mêlant corruptions et logiciels espions. UBER est également poursuivi par Google qui accuse la firme d’avoir volé des technologies…. Et pourtant malgré cela, rien ne semble pouvoir l’arrêter.

Une entrée en bourse ?

Dara Khosrowshahi, le CEO d’Uber espère l’entrée en bourse de son entreprise d’ici 2019, valorisée déjà à plus de 70 milliards de dollars. Lors d’une conférence organisée par le New York Times, ce 9 novembre, le PDG a déclaré : « nous avons tous les inconvénients d’une entreprise cotée, comme être sous les feux de l’actualité, sans les avantages ».

Le prochain grand objectif d’Uber est limpide.

 

Bibliographie :

https://www.challenges.fr/entreprise/transports/uber-perd-son-proces-a-londres-et-devra-payer-ses-chauffeurs-au-salaire-minimum_512473

https://www.silicon.fr/uber-anti-controles-169726.html?inf_by=59e651bf671db824408b4a35

http://www.boursorama.com/actualites/uber-espere-entrer-en-bourse-en-2019-0d617d8d50cb51cc39791297e2c7bab1

https://www.usine-digitale.fr/article/quelles-sont-les-cles-du-succes-d-uber-blablacar-et-airbnb.N337243

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *