// Par Nasser Bdioui  //

 

 

Le prix annuel moyen des écoles de commerce  post-prépa a dépassé  le seuil symbolique des 10 000 euros. L’EM Lyon détient un record avec des frais de scolarité qui s’élèvent à 17 000 euros par an.

Pourtant, même si les frais de scolarité des écoles françaises nous paraissent exorbitants, le Business Insider souligne qu’ils sont six fois plus élevés aux Etats Unis et dépassent les 60.000$ de coûts annuels. Harvey Mudd College remporte la palme avec des  frais annuels de 64.527$. Face à ces prix, les étudiants se voient obligés d’emprunter chaque année, dans un contexte économique complexe, où de plus en plus d’étudiants peinent à rembourser leur dette. Or, c’est une dette qui concerne plus 44.2 millions  d’américains dont 7.4 sont incapables de rembourser, de plus les emplois bien payés se sont raréfiés, et la charge de la dette pèse lourdement sur les jeunes ménages. La machine des prêts est devenue une machine incontrôlable qui aujourd’hui met en cause la stabilité des grandes banques. Depuis 20 ans les frais de scolarité augmentent de 5% par an, dû à un contexte hautement concurrentiel entre les écoles qui doivent se lancer dans des programmes d’équipement très ambitieux pour rester dans la course du classement des Business School. Alors qu’on évaluait la taille des marchés des Subprimes à 1200 milliards lorsque la crise a éclaté, on évalue la dette étudiante aux Etat unis à plus de 1400 milliards de dollars. Il existe donc un parallèle entre la situation de la crise de 2007 et celle à venir.

Peut-on réellement prédire une nouvelle crise des subprimes ?

En soit, à la différence de la première crise, désormais c’est l’Etat qui prend les risques et non l’industrie financière. En ce sens ‘l’éclatement” de la bulle est difficile, car prévisible et contrôlable. De plus nombreux soutiennent que cette thèse est fausse dont B. Belletante qui avance qu’il “faut arrêter de montrer du doigt le prix des écoles de management: elles ne coutent rien à la collectivité et ne produisent pas de chômeur” Même si le parallèle entre ces deux crises semble finalement difficile mais pas impossible, n’oublions pas que très peu de personne ont cru à la destruction de l’appareil financier en 2007 pourtant les retombés étaient bien réelles. Il semble donc qu’il vaille la peine d’oser s’intéresser aux causes et aux conséquences d’un éventuel éclatement de la “Housing bubble” étudiante, car rappelons-le.

« C’est quand la mer se retire qu’on voit ceux qui se baignent nus » Warren Buffet

Sources:

31/01/2017 Source: Les prêts Etudiants sont-ils les nouveaux subprimes aux Etats-Unis par Jacque  Sapir

http://russeurope.hypotheses.org/

25/03/2016 Cette bulle financière américaine qui menace Economie

http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/decryptage/2016/03/25/29002-20160325ARTFIG00005-prets-etudiants-automobiles-ces-bulles-americaines-qui-menacent-l-economie.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *