//Par Thomas Bernard//

Après une croissance économique record en 2017, l’économie hexagonale semble s’être finalement enrayée. En effet, la croissance ne sera en 2018 que de 1,5%, d’après les premières estimations de l’INSEE.

Mais comment expliquer ce trou d’air alors que tout semblait si bien parti ? Cela va-t-il être durable ou seulement passager ?

Avant tout, il convient de constater que le ralentissement économique n’est pas seulement français, mais bel et bien mondial, notamment à cause des incertitudes sur le Brexit, ainsi que des tensions commerciales entre Washington et Pékin. De nombreuses économies comme l’Allemagne ont connu le même mouvement de baisse de la croissance économique. En revanche, là où la France diffère des autres pays, c’est par ses tensions sociales et notamment la crise des gilets jaunes qui pourraient avoir des conséquences négatives sur la croissance économique.

En effet, la hausse de la consommation des ménages -un des leviers de la croissance économique- a fortement ralenti dans l’hexagone, jusqu’à être nulle au quatrième trimestre (contre 0,4% de croissance au trimestre précédent). La consommation représente ici la bête noire de la croissance française. Après une flambée des prix du pétrole, les ménages ont moins consommé faute de pouvoir d’achat, avec les conséquences que l’on connait sur la croissance.

L’investissement des entreprises a également fortement ralenti. En revanche, il reste relativement correct, en se stabilisant à 2,9% de croissance annuelle, contre 4,7% de croissance l’année dernière.

De plus, ce sont également les exportations qui se sont essoufflées, elles ont progressé de 3,1% contre 4,7% en 2017. En revanche, point positif, les exportations ont plus progressé que les importations, ce qui vient réduire légèrement le déficit de la balance commerciale.

Même si la crise des gilets jaunes a eu un impact non négligeable, il reste relativement difficile de l’évaluer : comme ce mouvement a eu des incidences sur énormément de facteurs, il est difficile d’isoler tous ses effets sur la croissance et d’en estimer le coût.

Enfin, le calendrier fiscal mis en place par le gouvernement n’a rien arrangé à la baisse de la consommation française. Le fait d’avoir mis en place les hausses d’impôt en début d’année et les allègements fiscaux à la fin de cette dernière a poussé les ménages français à économiser plutôt que consommer, ce qui a eu l’effet précédemment vu sur la consommation et sa contribution à la croissance économique.

En définitif, la baisse de la croissance économique française en 2018 ne s’explique pas par une seule raison. Si c’est la diminution de la croissance de la consommation des ménages qui explique le plus cette tendance, de nombreux autres facteurs sont également à prendre en compte.

Sources :

https://www.europe1.fr/economie/linsee-devoile-son-estimation-de-la-croissance-francaise-pour-2018-3848096

https://www.europe1.fr/economie/linsee-devoile-son-estimation-de-la-croissance-francaise-pour-2018-3848096

https://www.la-croix.com/Economie/croissance-francaise-enrayee-2018-2019-01-30-1300999012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *