//Par Pierre Lansonneur//

Après la crise, il était recommandé d’investir dans des œuvres d’art car l’art ne perd pas de valeur, au contraire il en gagne avec le temps – les sommes astronomiques allouées aux œuvres d’art en témoignent avec le tableau « Quand te maries-tu ? » de Gauguin qui s’est vendu à 300 millions de dollars. Cependant, il semblerait que l’art soit devenu une valeur refuge au point que dans l’œuvre, seule la côte de l’artiste compte tandis que l’émotion produite ne constitue plus un argument de vente – le « Balloon Dog » de Jeff Koons vendu à 43 millions d’euros.

Le marché chinois de l’art contemporain en est le parfait exemple. En une vingtaine d’années, il est devenu le marché le plus important et représente aujourd’hui environ 26% du marché de l’art contemporain mondial soit 480 millions de dollars. Cette ascension s’explique par la volonté de la Chine d’imposer son « soft-power » mais également par les conséquences de la crise de 2008 sur les marchés boursiers. En effet, suite à la crise de 2008, la Chine a encouragé l’investissement dans l’art contemporain favorisant ainsi la spéculation sur des artistes qui ont, rapidement, été propulsés sur la scène internationale. La spéculation sur les artistes servait de substitution aux marchés financiers trop volatiles en cette période comme le confirme dans ses propos Ali Laïdi : « Pour les collectionneurs chinois, l’art sert à placer de l’argent et à spéculer. Comme les marchés boursiers n’étaient pas terribles ces dernières années, les Chinois ont investi dans l’art ».

L’Iran illustre, également, cette notion de valeur refuge attribuée habituellement à l’or. En effet, en 6 mois ce sont déroulées deux ventes aux enchères qui ont réuni de nombreux investisseurs néophytes cherchant à diversifier leurs portefeuilles après que Trump ait annoncé son retrait de l’accord sur le nucléaire iranien et le retour de l’embargo en mai 2018. Ainsi, face à cette nouvelle qui a provoqué la chute de la valeur du rial iranien de 60% – rien que ça – des fortunes se sont tournées vers l’art plutôt que vers l’or sous les conseils avisés de conseillers en patrimoine spécialisés dans l’art comme ceux du fonds Sgam AI Art Fund de la Société Générale.

En France, l’art, en plus d’être une valeur refuge, permet aux contribuables d’ajuster leur patrimoine imposable et d’avoir, quand elle n’est pas en zone franche, une œuvre d’art dans son salon. En effet, les œuvres d’art ne sont pas assujetties à l’IFI et ne l’étaient pas non plus à l’ISF. Laurent Fabius, fils d’antiquaire n’y serait pas pour rien, cependant sa réflexion est juste ; la valeur d’une œuvre d’art n’est jamais juste et parfois n’existe pas* de plus cela encourage les ménages français à s’intéresser à l’art. Mais cela permet également à l’acheteur, de sortir de l’assiette fiscale taxable de l’IFI, c’est-à-dire, de passer sous le seuil des 1,3 millions de valeur patrimoniale en achetant une œuvre d’art ou bien simplement d’être moins taxé.

Parlons pour finir des zones franches qui retiennent souvent ses œuvres d’art, destinées à être conservées dans d’immenses hangars. En effet, en plus d’être des lieux ultra-sécurisés ils bénéficient d’une fiscalité avantageuse : si l’œuvre se vend à l’intérieur la TVA ne s’applique pas si elle y reste ou si elle est vendue en dehors de l’UE. Ainsi, à Genève, Zurich, Pékin, au Singapour et au Luxembourg des centaines d’œuvres d’art sont abritées dans d’immenses entrepôts – 22.000 m2 au Luxembourg.

*pour estimer une œuvre il faut que l’artiste l’ayant produite ait déjà fait une vente aux enchères, les ventes « coup de cœur » ne peuvent pas faire office de valeur exacte.

Sources :

https://www.lemonde.fr/culture/article/2019/01/14/l-art-valeur-refuge-dans-un-iran-sous-sanctions_5408726_3246.html

https://argent.boursier.com/passion/points-de-vue/la-niche-fiscale-des-oeuvres-dart-est-une-aubaine-pour-le-contribuable-qui-souhaiterait-sortir-de-lassiette-taxable-de-lisf-2229.html

https://www.france24.com/fr/20181018-chine-fiac-art-contemporain-paris

https://www.rtbf.be/info/economie/detail_l-oeuvre-d-art-en-zone-franche-c-est-au-luxembourg?id=8941012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *