// Par Abdelmounaïm MESBAHI //

Le mardi 17 septembre, la Réserve Fédérale des États-Unis (FED), notamment par sa branche newyorkaise responsable des opérations sur le marché, a dû injecter en urgence 53 milliards de dollars dans le système financier en raison d’un manque de liquidité. Elle réitère l’opération en mettant à disposition des marchés 75 milliards par jour jusqu’au vendredi dernier. Au total, ce sont près de 278 milliards qui ont été injectés pour éviter ce qui aurait pu être une véritable crise monétaire.

A l’origine de cette crise de liquidité, la forte augmentation du taux des opérations de « repo » (Repurchase Agreements) qui a atteint 6% lundi puis 10% le mardi, alors que les taux varient normalement comme ceux des FED funds entre 2% et 2,25%. Cela s’est traduit sur le marché par une hausse de la demande en « repo » contre une offre restée faible. Or, les opérations de « repo » sont un instrument indispensable sur le marché monétaire, car ils permettent aux institutions à court de liquidité d’obtenir des fonds contre la vente temporaire de titres. Cet instrument est souvent utilisé pour trouver des financements à courts termes garantis par des actifs sûrs comme des bons du Trésor.

Pour mettre suffisamment de liquidité à disposition du marché, la FED de New York a dû intervenir en proposant sa propre offre de « repo » et acheter temporairement des obligations. Elle a ainsi injecté 53 milliards de dollars le mardi, et a utilisé la totalité de son enveloppe quotidienne consacrée à cet effet les trois jours suivants, soit 75 milliards par jour. Une telle intervention de la FED sur les marchés n’était pas arrivée depuis 10 ans, ce qui rappelle la crise financière de 2008 et l’interventionnisme des banques centrales pour fournir les marchés en liquidités.

Pour autant, ce phénomène semble être ponctuel et survient sous des conditions bien particulières. Tout d’abord, cette crise de liquidité est restée limitée au marché monétaire américain et le coût de financement des banques américaines dans les autres devises n’a pas changé. De multiples facteurs ont provoqué ce phénomène, notamment l’arrivée de l’échéance de paiement des impôts pour les entreprises le 15 septembre, ce qui a capté des liquidités des entreprises vers le Trésor américain. De plus, la FED avait procédé à des adjudications de titres qui devaient être payés lundi à hauteur de 78 milliards de dollars, ce qui ce qui a augmenté davantage le besoin en liquidité. Troisième facteur : la FED avait massivement acheté les créances des banques en 2008 par sa politique de Quantitative Easing, pour maintenir la liquidité sur le marché. Mais depuis, la banque centrale essaye de sortir des politiques monétaires exceptionnelles prises suite à la crise de 2008, en réduisant la quantité de titres dans son portefeuille, passés de 2 .900 milliards en 2014 à 1.300 milliards de dollars. Ainsi, il est devenu plus fréquent que le taux des « repo » dépasse ceux de la FED.

Cet épisode peut être également corrélé avec la hausse du prix du baril suite à l’attaque d’installations pétrolières en Arabie Saoudite le 14 septembre, ce qui a pu créer un effet de marché. Cela témoigne de la tension actuellement ressentie sur les marchés financiers, entre autres du fait des prévisions de récessions et de l’inversion de la courbe des taux que certains interprètent négativement.

Vocabulaire :

Repurchase Agreement (repo) : traduit en français par pension livrée ou pension de titre, il s’agit d’une transaction financière consistant à vendre au comptant des titres afin de répondre à un besoin en liquidité, puis à racheter à terme ces titres à un taux d’intérêt prédéfini. Cet outil est principalement utilisé pour disposer de liquidités à courts termes, et les deux opérations s’étalent sur moins de trois mois.

Sources :

https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/la-fed-vole-au-secours-des-marches-financiers-1132650

https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/la-fed-lance-une-quatrieme-operation-de-financement-durgence-1133168

https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/09/18/la-fed-injecte-en-catastrophe-53-milliards-de-dollars-de-liquidites-dans-le-systeme-financier_5511659_3234.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *