// Emma Brin-Vervat //

Le crowdfunding, ou financement participatif n’est plus le secteur de prédilection des professionnels et particuliers… Il y a dix ans, cette méthode de transaction financière était présentée comme le nouveau paradis de la finance. Aujourd’hui, les particuliers ne peuvent plus financer leur projet en direct. Si cette activité a connu un essor conséquent et que le « financement par la foule » semblait marcher, c’est une baisse de régime que les marchés financiers constatent actuellement. En effet, le secteur continue de progresser certes, mais plus aussi rapidement, et les particuliers n’ont plus autant d’aisance à financer leur projet. 

Le crowdfunding en réalité, qu’est-ce que c’est ? 

Si la Statue de la Liberté à été financée par crowdfunding, ce système de financement s’est réellement développé au début des années 2000 avec l’essor d’internet. Il s’agit d’un outil de financement alternatif qui fait appel à des ressources financières auprès des internautes afin de financer un projet. Cette tendance s’inscrit ainsi dans celle de la consommation collaborative, et permet de récolter des fonds auprès d’un large public via des plate-formes de financement participatif (Kickstarter, Indigogo, KissKissBankBank…).

Comment expliquer ce phénomène de décroissance ? 

Les plateformes de crowdfunding expliquent qu’il y a une certaine peur des investissements. En particulier les français qui n’aiment pas le risque sur les marchés financiers! En effet, certains pensent que cela est dû à la règlementation d’octobre 2014 en France. Le gouvernement a adopté des décrets pour réguler les plates formes de finance en ligne, ce qui a complexifié de manière certaine le système de crowdfunding aujourd’hui. Les entreprises qui n’ont pas mis les clés sous la porte ont eu 2 options : se faire racheter (Leetchi, Crédit.fr…), ou changer de stratégie. 

Un autre exemple : l’environnement incertain britannique dû au Brexit a réduit la demande de prêts de la part des petites entreprises. En effet, Smart Angels, un des pionniers du crowdfunding a remis en cause les mauvaises perspectives du marché et a quitté le financement participatif. L’instabilité politique d’un pays a donc une influence conséquente sur le bon fonctionnement des plateformes, ainsi que sur la volonté à investir !

Peut-on dire que c’était un effet de mode ?

On peut alors penser à un effet de mode du crowdfunding et du financement participatif. Aujourd’hui, le crowdfunding se recentre et se concentre sur les professionnels. Le principe de départ, considérant l’investissement des particuliers prioritaire, est révolu. A présent, ce sont les institutionnels qui remplacent les investisseurs particuliers.

Comment la situation peut-elle s’améliorer ?

En prenant l’exemple français, un décret publié mercredi 30 octobre 2019 au journal officiel pourrait être une porte de sortie. Il permet d’augmenter le plafond pour les projets de financement participatif.  Jusqu’à ce mercredi 30 octobre, les projets de crowdfunding ne pouvaient recueillir « que » 2,5 millions d’euros au maximum auprès des investisseurs. Depuis la publication du décret, ce plafond est passé à 8 millions d’euros. Ceci pourrait permettre de relancer le système et ainsi, de redonner une deuxième vie au crowdfunding. 

SOURCES 

https://investir.lesechos.fr/placements/actualites/nouveau-plafond-pour-le-crowdfunding-1879135.php
https://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/le-crowdfunding-nattire-plus-autant-les-foules-1143930
https://www.economie.gouv.fr/entreprises/crowdfunding-financement-participatif
https://www.capital.fr/votre-argent/18-plateformes-de-crowdfunding-au-banc-d-essai-1167087
https://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/le-crowdfunding-nattire-plus-autant-les-foules-1143930
https://www.capital.fr/votre-argent/18-plateformes-de-crowdfunding-au-banc-d-essai-1167087
https://investir.lesechos.fr/placements/actualites/nouveau-plafond-pour-le-crowdfunding-1879135.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *