// Emma Brin-Vervat //

A l’heure de l’utilisation massives des données personnelles dans le monde entier, des portefeuilles du numériques tel que Alibaba ou encore Tencent deviennent un sujet délicat. Depuis plusieurs années, les scandales d’utilisation de données ne touchent presque que des plateformes américaines telles que Facebook. Il s’avère qu’Alibaba et Tencent ne seraient plus aussi bien protégés qu’avant. Réunis, ils comptent des centaines de millions d’utilisateurs, dont en Europe où ils sont très présents. Or, en France notamment, les autorités luttent pour la protection des données des utilisateurs avec la RGPD (Règlement Général sur la Protection des données) entrée en vigueur en 2018. 

Quelles sont les risques d’une utilisation des données par ces deux géants de la Tech ?

Les deux plateformes (Alipay et WeChat Pay) s’implantant en Europe doivent dorénavant prouver qu’elles ont bien obtenu l’accord des utilisateurs avant d’utiliser leurs données. Cependant la CNIL (Commission nationale des droits et libertés) alerte toujours sur le fait que les données partent en Chine, et il n’y a pas de contrôle sur ces dernières et ce qu’ils en font. D’autant plus que Pékin n’a jamais caché ses ambitions de contrôle des données. Cette technologie est bien souvent mise au service du régime pour contrôler les chinois. depuis plusieurs années, ils élaborent un programme de « crédit social » fondé sur les données des utilisateurs de Alipay et Wechat pay, en grande partie chinois. Tout ceci permet d’analyser leur historique de crédit par exemple, et ceci inquiète de plus en plus l’Europe.

Et qu’en est-il en Europe ? 

Toutefois, l’utilisation des données n’est pas seulement mis au service du gouvernement de Pékin. En Europe également, en juillet dernier, ING et ABN AMRO ont voulu mettre en place un projet de collecte des données à des fins de marketing, pour personnaliser leurs produits et qu’ils correspondent mieux aux utilisateurs. Par exemple, alerter sur le fait qu’ils peuvent effectuer des remboursements de crédits anticipés quand cela leur est possible. Ces projets ont été sanctionné par l’autorité de protection des données néerlandaises. En effet, il est clair qu’il n’était pas conforme aux règles de la RGPD.  Au sein des banques européennes, l’évènement n’est pas passé inaperçu. 

Quel est l’enjeu aujourd’hui ? 

Il s’agit à présent de trouver un juste milieu au niveau européen pour protéger équitablement les données de la finance des utilisateurs. Les géants de la Tech utilisent des données des consommateurs ou pire, les commercialisent alors que les banques sont bien plus prudentes sur le sujet. En effet, elles doivent disposer du consentement explicite de ses utilisateurs pour utiliser leurs données, et cette utilisation doit être bénéfice avant tout à son utilisateur plutôt qu’à des fins commerciales. 

Finalement, le plus grand danger qui inquiète l’Europe aujourd’hui repose sur les entreprises de la Tech. Les utilisateurs doivent redoubler de surveillance afin qu’ils ne voient pas leur données s’évader à l’international et être utilisées contre leur volonté. 

SOURCES : 

https://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/donnees-personnelles-alipay-et-wechat-pay-suscitent-linquietude-en-europe-1158502
https://www.google.fr/amp/s/www.lesechos.fr/amp/1039736
https://www.google.fr/amp/s/www.blogdumoderateur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *