// Emma BRIN-VERVAT //

Aujourd’hui encore, le coronavirus fait trembler l’économie. Si pour l’instant son impact reste à mesurer, il en résulte tout de même que de nombreuses firmes transnationales se trouvent dans une impasse. En effet, la Chine étant la première puissance commerciale du monde, les échanges sont évidemment touchés.

L’usine du monde demeure alors à la fois victime et prédatrice au sein du marché mondial. Le Fond Monétaire International (FMI) examine les indicateurs économiques et les conséquences que le coronavirus inflige.

Pour la petite histoire… 

Le coronavirus a été décelé à Wuhan au centre de la Chine et se propage au déjà des frontières du pays. Cette épidémie est comparable à celle du Sras de 2003, qui avait fait près de 800 morts, alors que des centaines de personnes s’apprêtaient à voyager en Chine pour le nouvel an lunaire. 

Quels sont les secteurs les plus touchés ?

Prenons l’exemple du principal fournisseur au monde des composants électroniques: Foxconn. La santé des employés étant prioritaire, l’entreprise a décidé de fermer ses usines chinoises pour le moment, ayant déjà subie une épidémie (Sras) en 2003. Cette décision n’est pas sans conséquences pour le marché de l’électronique. Apple dépend fortement de l’entreprise Taiwanaise pour la fabrication de ses Iphone…et est ainsi obligée de fermer des usines et sites de production. C’est toute une chaine qui subit les conséquences.

Un autre secteur est considérablement touché : le marché de l’alimentaire. Les prix des produits agricoles augmentent exponentiellement, et des multinationales comme Starbuck ont du fermer une partie de leurs enseignes (la moitié pour Starbuck). Pizza Hut, KFC ou encore McDonald’s sont forcés par la Chine de fermer également.

Mais finalement, le transport et le tourisme restent les secteurs les plus impactés. Les voyages organisés, échanges universitaires et autres voyages ont été annulés afin de minimiser la contamination. Cette décision est néfaste pour le chiffre d’affaire des compagnies telles que Air France, Biritsh Airways… Le tourisme est bien évidemment suspendu également, alors que le nouvel an chinois est l’un des évènements les plus touristiques de Chine, donc fructifiant pour l’économie intérieure.
Ainsi, ces secteurs dépendent exclusivement de l’évolution de l’épidémie, et l’économie tant chinoise pour son marché intérieur, que mondiale par les grandes entreprises qui échangent avec la Chine, est en train de vivre une situation bancale. 

Quand est-il des bourses et changes mondiaux ? 

L’indice Stoxx a perdu 0,74%, le CAC 40 -1,02%. Les principales bourses européennes évoluent dans le rouge, et le risque de crise de nombreuses entreprises se fait sentir. Ces craintes incitent les investisseurs à se replier sur les emprunts d’Etats. Ainsi voit-on que le coronavirus affecte l’entièreté du globe. 

Finalement, les épidémies telles que le coronavirus sont de réels enjeux pour les sociétés qui doivent trouver des solutions afin de minimiser les effets négatifs. Les effets du coronavirus sont présents, leurs conséquences sur le long terme reste à prouver, mais l’heure est alarmante…

SOURCES :

https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/coronavirus-les-marches-mondiaux-tetanises-par-la-propagation-de-lepidemie-1166625
https://www.msn.com/fr-fr/finance/economie/le-club-de-la-bourse-coronavirus-les-implications-pour-les-march-c3-a9s-2101/vi-BBZbMqZ
https://fr.wikipedia.org/wiki/Coronavirus

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *